Gazéification de bois

La gazéification du bois:

C'est dans ces conditions que les moteurs Orbem sont utilisés pour la cogénération avec une capacité d'utilisation à 99 % de la chaleur.

 

Dans son principe, ce procédé est ancien : il était utilisé pendant la deuxième guerre mondiale, quand la pénurie de carburant stimulait l'esprit inventif de chercheurs en quète d'énergies alternatives. Rendu moins polluant et plus performant, la gazéification du bois est désormais utilisée dans les chaudières. Le bois est alors chargé dans la chaudière et s'engouffre peu à peu dans le "gazéifieur" qui le met sous pression et à une température très élevée (700°C), afin qu'il se "transforme" en un gaz riche en monoxyde de carbonne, mais aussi en hydrogène. Le gaz créé est purifié et utilisé dans une combustion, comme dans une chaudière à gaz pour chauffer le réseau de chauffage. Il ne reste de la "transformation" que très peu de cendres qui seront collectées par la suite.

Cette technique permet d'utiliser toute la capacité calorifique du bois et donc d'assurer une combustion totale tout en éliminant la majorité des groudrons et des suies.

  Le séchage du bois a lieu à des températures allant jusqu'à environ 200 degrés. Car même le bois sec contient encore 15 à 20 % d'eau. Entre 200 et 600 degrés le bois se décompose et se désintègre en différents produits chimiques qui alors se gazéifient. Lorsque ceux-ci s'oxydent au contact de la flamme, la chaleur se libère Cette phase de la combustion est appelée pyrolyse. C'est seulement à des températures de plus de 700 degrés que les gaz difficilement combustibles brûlent et il se forme alors un lit de braises.
    Pour augmenter l'efficacité de la combustion,  les gaz qui ne sont pas entièrement brûlés sont évacués dans une chambre de combustion  et mélangés à de l'air secondaire. Le gaz peut alors s'enflammer et brûler entièrement.

Grâce à la conception de la chambre de combustion et des surfaces de chauffe du brûleur, ainsi que de la gazéification et de la post-combustion, on peut éviter la formation de monoxyde de carbone toxique et il ne se forme que peu d'oxydes d'azote et d'hydrocarbures.